Abonnez-vous à notre web radio sur soundcloud

  Abonnez-vous à notre chaîne YouTube


Émission “Loin des yeux, Près du cœur” du 9 mars 2018 – Tante Marcelle Imprimer cette page

Partager

Émission “Loin des yeux, Près du cœur” du 9 mars 2018 – Tante Marcelle

Il y a de cela quelques semaines, Normay a reçu Judes Gourde, qui a retrouvé sa famille biologique. Sa soeur France a témoigné également à l'émission. Cette semaine, c'est au tour de Tante Marcelle, soeur de la mère biologique de Judes, qui vient nous jaser un peu. Bonne semaine à tous!

Pour écouter votre émission :

N’hésitez pas à commenter et à partager!

RÉSUMÉ

Le 2 février dernier, Normay recevait M. Judes Gourde qui avait fait des recherches pour retrouver sa mère d'origine. Le 24 juin 2014, sa mère avait été localisée et des retrouvailles étaient prévues. Malheureusement, elle décédait trois semaines plus tard, le 14 juillet.

Trois années se sont écoulées où il venait échanger sur la salle de clavardage hebdomadaire d'Adoption, Émotions, Retrouvailles (AÉR) jusqu'au jour où il a décidé de faire un test d'ADN avec Ancestry.com, en novembre 2017, afin de savoir s'il pouvait retrouver des membres de sa famille biologique. À ses yeux, ce test était davantage un investissement qu'une dépense. Il a reçu d'heureux résultats dont France Bussières, sa soeur d'origine. Ils ont été accompagnés par Mme Caroline Fortin du Mouvement Retrouvailles et aidés par Mme Line Lachance, du Carrefour ADN, dans Internet.

D'autres membres de sa famille ont aussi été retrouvés mais certains demeurent hors Québec, d'autres doivent passer des tests d'ADN et d'autres doivent attendre pour les rencontres quand ils s'en sentiront prêts, tout est question de respect!

La fin de semaine du 2 au 4 mars, Judes, sa soeur France et tante Marcelle, soeur de la mère de Judes, se sont rencontrés à Québec pour la première fois.
Un mois après l'entrevue de France, soit le 9 mars, tante Marcelle est invitée à l'émission de Normay. Celle-ci était aux côtés de Monique, sa soeur, la mère de Judes, lors de sa naissance. Leur mère et tante Marcelle étaient au courant de la grossesse de Monique. Marcelle s'est rendue à l'hôpital avec sa soeur, pour la soutenir, mais n'a pas pu entrer dans la salle d'accouchement car c'était interdit, à cette époque. Leur mère, veuve, ne voulait pas subir la honte, le déshonneur, l'odieux de cette grossesse hors-mariage d'où la décision de faire adopter. Monique et Marcelle étaient très peinées de ne pas pouvoir garder l'enfant.

Monique et Marcelle, les deux soeurs, n'ont plus jamais parlé de cette naissance. Marcelle, pour sa part, trouvait que ça revenait à Monique d'en parler la première, si elle le désirait. La mère de Marcelle lui avait fait promettre de ne jamais parler de ce bébé à quiconque avant le décès de Monique, la mère de Judes. Elle voulait garder cet événement secret même si elle pensait à cet enfant, elle aussi. Marcelle a respecté sa demande.
Marcelle ne regardait pas les émission de Retrouvailles de Claire Lamarche, par ailleurs, car elle en aurait ressenti trop d'émotions, disait-elle, et préférait ne pas trop y penser...

Dès le décès de Monique, France qui avait un feeling qu'elle n'était pas seule d'enfant, a appelé tante Marcelle pour lui poser une question à propos de bébés. Elle lui a répondu tout de suite: « Oui, France, je vais te raconter toute l'histoire du bébé » en question soit Judes, ton frère. C'était libérateur pour elle d'en parler car c'était un lourd secret, le fardeau du silence qu'elle portait depuis bientôt six décennies.
Quant tante Marcelle a rencontré Judes, au début de mars, elle a vu l'homme mais elle pensait et voyait le bébé de l'époque, en même temps, et voyait aussi des airs de famille.

Quand Judes était à la crèche, Monique et Marcelle allaient lui porter de petits habits et on l'habillait avec ceux-ci. Elles ont pris une photo de lui, à 4 mois, mais ensuite, leurs visites leur ont été refusées.
Monique demeurait sur l'avenue Proulx, dans Ville Vanier, et France demeurait sur la rue Giguère et, étrangement, Judes devait passer souvent sur l'avenue Proulx. Il a certainement vu Monique, assise sur sa galerie, et elle aussi a dû le voir mais sans savoir, de part et d'autre, qu'ils étaient mère et fils.
La fin de semaine de leur rencontre, France, Marcelle et Judes se sont arrêtés devant cette maison. On a aussi montré à Judes l'emplacement de la pierre tombale de sa mère d'origine. Ils ont vécu de belles retrouvailles riches en émotions.

Quelques jours plus tard, Judes donnait un spectacle (guitariste country) dans une résidence pour personnes âgées. Marcelle et France y ont assisté, ont bien apprécié et par la même occasion, ont rencontré sa mère adoptive qui, soit dit en passant, l'a bien élevé. Elles ont eu la chance de remercier cette dame qui s'est fort bien occupé de Judes. Elle était contente aussi de rencontrer France; elle a vu des ressemblances avec Judes. Un frère de Judes, le plus jeune qui habite en Alberta, est sa vraie copie conforme, semble-t-il! Éventuellement, il y aura sans doute d'autres rencontres avec d'autres membres de sa famille.

Aujourd'hui, en 2018, tante Marcelle dirait aux mères d'origine et à d'autres personnes qui connaissent leur secret de ne pas avoir peur d'en parler, autres temps, autres moeurs. Elle-même regrette de ne pas en avoir parlé avec sa soeur. Elles auraient pu faire des recherches sans trahir la promesse faite à leur mère. Ça aurait été salutaire pour les deux!
Avec les tests d'ADN d'Ancestry.com et le Carrefour ADN, sur le Web, Normay conseille de faire appel au Mouvement Retrouvailles pour d'éventuelles retrouvailles car il est fondamental d'être accompagné dans ce processus. On ne prend pas le téléphone pour annoncer impulsivement une nouvelle dans une famille qui ne connaît peut-être absolument rien de l'existence de cette personne. Sauter des étapes pourrait changer l'issue des retrouvailles... C'est la même chose que pour des retrouvailles entre mère-enfant. Il faut être bien préparé et soutenu pour vivre toute cette gamme d'émotions générées par des retrouvailles.

En contactant le Mouvement Retrouvailles, les intervenant(e)s ont l'habitude de préparer des retrouvailles et ne sont pas directement impliqué(e)s émotivement comme le sont les recherchant(e)s. La personne qui est au bout du fil, qui vient d'apprendre toute l'histoire d'une grossesse cachée depuis plusieurs décennies, par exemple, sera sécurisée par les propos de Mme Caroline Fortin du Mouvement Retrouvailles et/ou de Mme Line Lachance du Carrefour ADN. Le premier contact étant établi et sécurisant, il aidera grandement aux autres contacts éventuels car si les gens ignorent l'existence de X, Y ou Z, ça peut bouleverser une/des vie(s) et ce n'est pas le résultat escompté. Le suivi est également très important.

Merci à Normay St-Pierre et merci à tante Marcelle pour son témoignage. S'il vous plaît, partagez son histoire. Merci à Jean-Paul L'Heureux pour son choix de chanson « La mer et l'enfant » interprétée par Céline Dion.

Merci au Mouvement Retrouvailles pour la commandite de l’émission.
Il est possible de vous procurer le livre de Normay St-Pierre écrit en collaboration avec Pauline Gill, « Je vous ai tant cherchée » aux Éditions VLB.

Si vous désirez participer à l'émission, écrivez directement à Mme Normay St-Pierre à l'adresse suivante: normay.stpierre@videotron.ca Elle se fera un plaisir de vous contacter et de vous fixer un rendez-vous téléphonique. Vous n’avez donc pas à vous déplacer pour vous présenter en studio. Les enregistrements sont faits le mercredi soir, à 19h00.

À la semaine prochaine!
Marthe Charest
Mère d’origine qui a retrouvé sa fille en 2003



<< Retour


Mouvement Retrouvailles - adopté(e)s - non adopté(e)s - parents
Casier postal 47002
Lévis (Québec)
G6Z 2L3

Caroline Fortin, Présidente et coordonnatrice
Téléphone : 418 903 9960
Téléphone : 1 888 646 1060 (sans frais)
Télécopie : 418 834 9627

Téléchargez notre logo ou bannières

© 1996-2018 Mouvement Retrouvailles. Tous droits réservés, reproduction interdite.