Abonnez-vous à notre web radio sur soundcloud

  Abonnez-vous à notre chaîne YouTube


Émission “Loin des yeux, Près du coeur” - 15 décembre 2017 – Lucie Banville, adoptée Imprimer cette page

Partager

Émission “Loin des yeux, Près du coeur” du 15 décembre 2017 – Lucie Banville, adoptée

En cette avant-dernière émission de l'année, Normay reçoit Lucie Banville, née le 14 avril 1960 à l'Hôpital Royal-Victoria de Montréal, sous le nom de Marie Louise Jarry. Elle a été admise à la Crèche de la Réparation de Pointe-aux-Trembles et sa mère l'avait réservée. Elle est venue lui rendre visite en mai et en août de la même année. Par la suite, comme les visites ont cessés, il y a eu "abandon tacite" et elle a été transférée à Chicoutimi, endroit où elle a été par la suite adoptée. Lucie a en mains un document faisant envie à plusieurs, soit son "enregistrement d'une naissance vivante" sur lequel on retrouve le lieu de résidence de sa mère à l'époque.

Merci de partager.

Pour écouter votre émission :

N’hésitez pas à commenter et à partager!

RÉSUMÉ

Mme Lucie Banville est née à terme le 14 avril 1960 à l'Hôpital Royal Victoria de Montréal. Elle pesait 6 livres et 14 onces. Elle a été transférée le 20 avril 1960 à la Crèche de la Réparation de Pointe- aux-Trembles, avait pour marraine Mme Jacqueline Durand et fut baptisée sous le nom de Marie Louise Jarry. Sa mère l'avait réservée et avait pris de ses nouvelles à deux reprises soit en mai et en août 1960.

Les visites ayant cessé, il y a eu abandon tacite. Elle a été transférée à Chicoutimi, le 17 mai 1961.
et elle a été adoptée le 6 juin 1961. Le jugement d'adoption a été rendu le 9 mai 1962.

Informations sur sa mère biologique:

Elle avait 33 ans, à sa naissance. Elle était Canadienne-française, catholique de la région du Saguenay-Lac-St-Jean. Elle mesurait 5 pieds et 5 pouces et pesait 128 livres. Elle avait les yeux et les cheveux bruns avec une 9e année de scolarité. Elle demeurait à la maison pour aider sa mère invalide. Comme loisirs: la couture, le cinéma et visiter ses amies. Sa santé était bonne. Elle a eu une enfance normale. Son grand père maternel était décédé accidentellement depuis longtemps. Sa grand-mère maternelle était âgée de 78 ans . Elle était paralysée et avait un frère qui était marié.

Informations sur son père biologique:

Il avait 34 ans, à sa naissance. Il était Canadien-français, catholique, scolarité école primaire. Son travail: ouvrier spécialisé. Il mesurait 5 pieds et 8 pouces et pesait 160 livres. Il avait les yeux et les cheveux bruns. Ses grands-parents paternel étaient tous deux décédés, monsieur de paralysie et madame d'un cancer. Ils avaient une famille de 6 enfants dont 5 garçons et une fille. Issus de milieu ouvrier et cultivateur, il n'y avait aucune maladie héréditaire connue. Ses parents avaient un projet de mariage et ils se connaissaient depuis 1 an 1/2.

Mme Banville a en sa possession un document faisant envie à plusieurs, soit son « enregistrement d'une naissance vivante » sur lequel on retrouve le lieu de résidence de sa mère à l'époque, aux Archives, à l'État civil. L'adresse est celle du 5920, rue Souart, appartement 2. En 1959 et 1960, à Montréal, à cette adresse, demeurait un concierge, M. Louis Gendron.

Sa soeur aînée et elle ont appris leur statut de personne adoptée à l'âge de raison soit vers les sept ans et ce, sans jugement à l'égard de leurs mères d'origine.

Normay aborde le sujet des Fêtes en rapport avec les personnes adoptées. Ici, Lucie nous mentionne que c'est une période toujours difficile mais d'autant plus que sa mère adoptive est décédée en 2015. Elle pense toujours à sa mère. Elle aimerait connaître ses origines. Elle vit de la nostalgie et fait un retour sur le passé.

Aux Fêtes, aux anniversaires de naissance, à la Fête des mères, les mères d'origine pensent à leurs enfants et les suivent dans le temps. Malgré l'absence de l'être recherché, il faut tout de même continuer de vivre, s'occuper de sa famille et profiter du moment présent.

Mme Banville a fait beaucoup de recherches pendant de nombreuses années. Elle a reçu ses antécédents sociobiologiques le 8 mars 1990. Elle est allée à l'émission Les Retrouvailles de Claire Lamarche. Ses recherches se sont étalées par périodes car elles génèrent beaucoup d'émotions de toutes sortes. À un certain moment donné, pour ne pas que ça devienne obsessif, il faut prendre du recul, on revient ensuite car il faut se donner du temps.

Pour toute information, communiquez, s'il vous plaît, avec Mme Caroline Fortin, au Mouvement Retrouvailles. Merci

Merci à Normay, merci à Mme Banville, bon succès dans ses démarches et merci à Jean-Paul pour son travail technique.

Merci au Mouvement Retrouvailles pour la commandite de l’émission.

Il est possible de vous procurer le livre de Normay St-Pierre écrit en collaboration avec Pauline Gill, « Je vous ai tant cherchée » aux Éditions VLB.

Si vous désirez participer à l'émission, écrivez directement à Mme Normay St-Pierre à l'adresse suivante: normay.stpierre@videotron.ca Elle se fera un plaisir de vous contacter et de vous fixer un rendez-vous téléphonique. Vous n’avez donc pas à vous déplacer pour vous présenter en studio. Les enregistrements sont faits le mercredi soir, à 19h00.

À la semaine prochaine!

Marthe Charest

Mère d’origine qui a retrouvé sa fille en 2003


<< Retour


Mouvement Retrouvailles - adopté(e)s - non adopté(e)s - parents
Casier postal 47002
Lévis (Québec)
G6Z 2L3

Caroline Fortin, Présidente et coordonnatrice
Téléphone : 418 903 9960
Téléphone : 1 888 646 1060 (sans frais)
Télécopie : 418 834 9627

Téléchargez notre logo ou bannières

© 1996-2018 Mouvement Retrouvailles. Tous droits réservés, reproduction interdite.