Abonnez-vous à notre web radio sur soundcloud

  Abonnez-vous à notre chaîne YouTube


Émission "Loin des yeux, Près du coeur" - 10 novembre 2016 Imprimer cette page

Partager

Émission “Loin des yeux, Près du coeur” du 10 novembre 2016 – Mme Lise Meunier

Normay reçoit Mme LIse Meunier, née le 7 novembre 1954 à l'Hôpital de Shawinigan, transférée à l'Hôpital et Crèche Ste-Marie de Trois-Rivières. Elle a retrouvé sa mère d'origine et sa fratrie. Mais, elle a découvert qu'elle avait une soeur "jumelle" aussi confiée à l'adoption. Son nom fictif serait Joyce Carpentier et aurait été promise pour adoption dans l'état du Massachusetts, selon les informations récoltées au fil des ans. Elle est donc à sa recherche maintenant.

Pour écouter votre émissioni :
N’hésitez pas à partager


VOTRE RÉSUMÉ :

Mme Meunier est née le 7 novembre 1954 à l'Hôpital de Shawinigan. Elle a ensuite été transférée à l'Hôpital Ste-Marie de Trois-Rivières où se trouvait la crèche du même nom, à cette époque. Son nom fictif était Joyce Carpentier. Ses parents adoptifs étaient de Montréal et c'est avec ceux-ci qu'elle est allée vivre vers l'âge de 3-4 ans.

Les années passant, elle a su, malencontreusement, d'une façon plutôt abrupte, qu'elle avait été adoptée. Étant de nature curieuse, elle a fouillé dans des documents officiels interdits, chez ses parents adoptifs, et c'est ainsi qu'elle y a découvert son baptistaire avec son nom. Cependant, elle a gardé le secret jusqu'à ses 16 ans.

À cet âge, en pleine adolescence, elle a avoué ;a ses parents qu'elle était au courant de son adoption et leur a fait part qu'elle avait des interrogations en rapport avec le fait qu'ils lui avaient caché son statut d'adoptée. Ils ne voulaient pas le lui révéler soi disant pour ne pas la blesser, la peiner et pour ne pas qu'elle se sente à part. Étant la seule petite brune aux yeux verts, il n'y avait pas de ressemblances avec les autres membres de la famille qui étaient blonds aux yeux bleus. L'équation était plutôt simple à faire donc, les questionnements sont devenus plus grands mais à cet âge, la vie l'a menée ailleurs et elle n'a pas débuté alors ses recherches.

En 1983, elle avait participé avec le Mouvement Retrouvailles et Mme Reine Landry, sa fondatrice, à des manifestations dans les rues de Montréal, pour le droit à l'ouverture des dossiers confidentiels du post-adoption. Par la suite, elle a donné son nom au Centre des services sociaux (CSS) de Trois-Rivières pour retrouver sa mère. Après 10 ans, le CSS l'informe qu'ils ont retrouvé sa mère car elle avait fait elle-même une demande de son côté. Le CSS l'a mis ene contact avec sa mère, Mme Rollande Millette de Trois-Rivières.

Mme Meunier, enfant unique, l'a alors rencontrée ainsi que ses deux soeurs et son frère. Voilà donc sa nouvelle famille! Au début, leurs relations étaient bonnes mais elles se sont gâchées par la suite avec sa fratrie car ils n'avaient pas reçu la même éducation qu'elle. Il y avait des frictions en rapport avec le fait qu'elle parlait un bon français mai sil devait sans doute y avoir d'autres problèmes sous-jacents, également.

Sur les entrefaites, sa mère d'origine est décédée et Mme Meunier a rencontré ses tantes et ses oncles biologiques. Une des amies de sa mère de naissance, à son décès, lui aurait dit qu'elle avait quelque chose à lui révéler mais l'occasion ne s'y est pas prêtée.

Après un changement de cap, dans sa vie, quelques années plus tard, Mme Meunier s'est retrouvée à Trois-Rivières avec son nouveau conjoint. Un jour que ce dernier et elle se rendent au Marché aux puces de Shawinigan, une dame s'approche d'elle et l'interpelle par son prénom Joyce. Très surprenant! Comment se fait-il que vous sachiez mon prénom? C'était une cousine de sa mère (qu'elle n'a jamais revue par la suite). Elle désirait la rencontrer et lui a confié que sa mère avait mis ua monde des jumelles. Elle le savait car elle avait assisté à l'accouchement. Apprendre pareille nouvelle est très bouleversant et comment cette cousine de sa mère a-t-elle pu la reconnaître après cinq décennies? Elle n'en a aucune espèce d'idée!

Mme Meunier s'est ensuite rappelée que sa mère adoptive, qui avait une maladie pulmonaire, lui avait déjà dit qu'ils n'avaient pas pu prendre les deux. Aussi, à son arrivée dans la maison, c'était difficile car Lise cherchait toujours l'autre, parlait toujours à quelqu'un d'imaginaire, qui était en fait sa soeur jumelle absente. Elle était renfermée et ne communiquait pas avec les autres.
Une anecdote: Pour son mariage, pour se procurer son certificat de naissance, à l'état civil, on désirait la rencontrer. On lui a dit qu'il y avait deux personnes qui portaient le même nom, le même prénom et nées le même jour, quelle surprise! Sa grand-mère maternelle et toute la famille étaient à Lowell (Massachusetts) et l'autre Joyce était promise pour une adoption dans le Massachusetts, selon ses informations. Mme Meunier n'a pas retrouvé son père d'origine, nom inconnu au dossier.

Depuis deux ans, elle demeure à Drummondville et les gens l'arrêtent souvent et l'interpellent, à différents endroits, la prenant sans doute pour sa soeur jumelle, l'autre Joyce qui serait identique, qui doit être rendue dans la région. Ces événements arrivaient trop souvent pour conclure à des coïncidences. Mme Meunier ose donc espérer que sa soeur jumelle soit revenue au Québec.

Elle avait fait le deuil de sa jumelle, d'une certaine manière, mais il y avait et a encore toujours quelque chose la ramenant à sa véritable histoire. Elle souhaite donc que sa soeur jumelle, âgée de 62 ans tout comme elle, puisse se manifester et que toutes les deux puissent se rencontrer, éventuellement.
Merci à Normay et merci à Mme Meunier pour son entrevue. Bon succès dans ses démarches! Merci pour le soutien technique formidable de Jean-Paul, le bras droit de Normay et merci aussi pour la pièce musicale qu'il a choisie. Merci au Mouvement Retrouvailles pour la commandite de l'émission.

Si vous le désirez, vous pouvez aussi vous procurer le livre de Normay St-Pierre, écrit en collaboration avec Pauline Gill, « Je vous ai tant cherchée » aux Éditions VLB.

À la semaine prochaine!

Marthe Charest
Mère d'origine qui a retrouvé sa fille en 2003

<< Retour


Mouvement Retrouvailles - adopté(e)s - non adopté(e)s - parents
Casier postal 47002
Lévis (Québec)
G6Z 2L3

Caroline Fortin, Présidente et coordonnatrice
Téléphone : 418 903 9960
Téléphone : 1 888 646 1060 (sans frais)
Télécopie : 418 834 9627

Téléchargez notre logo ou bannières

© 1996-2017 Mouvement Retrouvailles. Tous droits réservés, reproduction interdite.