Abonnez-vous à notre web radio sur soundcloud

  Abonnez-vous à notre chaîne YouTube


Nouvelle émission - Loin des yeux, près du coeur - 12 février 2016 Imprimer cette page

Partager

Loin des yeux, près du coeur - Votre émission du 12 février 2016 - Mme Françoise Éthier-Nault, adoptée, en quête de ses origines.
Écoutez-nous maintenant!




**************************

Résumé de l'émission du 12 février 2016
Invitée: Mme Françoise Éthier Nault

Mme Nault est une octogénaire qui a recherché sa mère. Elle a appris son décès par la travailleuse sociale de son Centre jeunesse. Elle serait décédée dans les années '97-'98, selon une déclaration solennelle. Depuis, Mme Nault a continué à faire des démarches pour retrouver des membres de sa famille, frères et/ou soeurs, s'il y a lieu. Elle serait native de la région de la Gaspésie.

Mme Nault est née le 26 décembre 1934, à l'Hôpital de la Miséricorde de Québec, transférée le lendemain à la Crèche St-Vincent-de-Pau et baptisée le 27 décembre 1934 sous le nom de Marie Jeanne Nicole Gauthier.

Elle a appris, dans la cour d'école, qu'elle avait été adoptée. Il semblerait que les dimanches matins, devant certaines églises, après la messe, des camions militaires avaient des enfants de Montréal à bord, à faire adopter. Les enfants étaient étalés sur une table, comme à un magasin, un marché aux puces où les gens les choisissaient. La soeur de Mme Nault lui aurait dit que c'était de cette façon qu'elle avait été choisie, sur un ''étalage'' et parce qu'elle avait souri à ses futurs parents adoptifs.

Dans son enfance, son statut d'adoptée avait été tenu secret. Son père adoptif ne lui en avait pas parlé avant son adoption prononcée en 1941, à l'âge de 7 ans. Il avait peur que sa mère d'origine puisse venir la chercher. Mme Nault trouvait qu'elle était plus ''renfermée'' et qu'elle n'agissait pas comme les autres membres de la famille. Quand elle allait chez une amie, après la révélation de son statut d'adoptée, elle avait peur que sa mère soit la même que celle de son amie.

Son sort était bien meilleur que celui d'orphelins qu'elle avait connus. Elle reconnaît au moins la chance d'avoir eu une famille pour l'adopter. Il y avait un enfant de 10 ans, un autre de 7 ans avant elle; elle était la cadette. Des enfants parlaient dans son dos en disant que ses parents n'étaient pas ses parents. Même un cousin jaloux lui aurait dit: ''Tes parents ce ne sont pas ton père ni ta mère!'' Elle avait quand même les cheveux et les yeux de la même couleur que les autres membres de la famille et des airs de famille, comme on disait à des enfants adoptés.

En 1990, à l'âge de 56 ans, la travailleuse sociale de son Centre jeunesse avait retracé la mère de Mme Nault mais c'était toujours son mari qui répondait au téléphone et il ne semblait pas vouloir collaborer. La mère de Mme Nault n'a peut-être même jamais su que sa fille la recherchait.

Mme Nault a placé son avis de recherche sur Facebook et elle a reçu plusieurs courriels, plus spécifiquement par des gens de la Gaspésie, qui voulaient l'aider avec leurs connaissances en généalogie. Ils ont exploré des pistes qui, malheureusement, étaient vaines mais les recherches sont comme une bouteille à la mer. C'est quand même encourageant de réaliser que des gens veulent entrer en contact avec nous et s'impliquent. On ressent donc moins de solitude, de découragement et de désespoir si on se sent entouré. Comme un peu toutes et tous au cours de leurs recherches, elle a pris du recul, parfois, mais n'a jamais abandonné son idée. Elle a consulté des noms dans des cimetières à Bonaventure et à Maria, pour ses origines, mais sans succès.

Normay parle de l'importance d'utiliser le plus de tribunes mises à notre disposition. Par contre, elle nous dit et redit l'importance d'avoir une bonne préparation avec le Mouvement Retrouvailles et le Centre jeunesse pour les deux parties concernées, qui vont se retrouver, car au fond, ce sont des étrangers. Il peut y avoir des déceptions, des frictions, des frustrations, de la jalousie donc, en étant accompagné, on peut nous faire penser à divers scénarios, différentes éventualités auxquelles nous n'avions pas pensé. On suggère aussi de faire part de nos attentes futures après les retrouvailles pour s'ajuster au rythme des visites et des appels, par exemple.

Mme Nault (nom de son mari) a cru tout au long de sa vie, en bonne optimiste, qu'un jour, elle aurait droit à son identité véritable; elle attend et y croit encore... Elle a de beaux et bons enfants et petits-enfants, mais il reste qu'il lui a toujours manqué quelque chose, dans sa vie.

Âgée de 80 ans, elle espère toujours retrouver sa famille, avant de décéder sinon, ses enfants poursuivront sans doute ses recherches.

Nous lui souhaitons bonne chance! Merci à Normay, à Jean-Paul et au Mouvement Retrouvailles, commanditaire de l'émission. Merci pour le choix de chanson: Le ruisseau de mon enfance (Adamo).

À la semaine prochaine!

Marthe Charest

<< Retour


Mouvement Retrouvailles - adopté(e)s - non adopté(e)s - parents
Casier postal 47002
Lévis (Québec)
G6Z 2L3

Caroline Fortin, Présidente et coordonnatrice
Téléphone : 418 903 9960
Téléphone : 1 888 646 1060 (sans frais)
Télécopie : 418 834 9627

Téléchargez notre logo ou bannières

© 1996-2017 Mouvement Retrouvailles. Tous droits réservés, reproduction interdite.