Abonnez-vous à notre web radio sur soundcloud

  Abonnez-vous à notre chaîne YouTube


TRÈS IMPORTANT - Communiqué de presse Imprimer cette page

Partager

Le Parti Québécois vient de diffuser ce communiqué de presse



CNW TELBEC CODE 01

Avant-projet de loi sur l’adoption



Le parti québécois demande à la ministre weil de permettre aux personnes adoptées de connaître leurs origines et leurs antécédents médicaux


Québec, le jeudi 4 février 2010 – Au lendemain de la consultation générale portant sur l’avant-projet de loi concernant l’adoption et l’autorité parentale, la députée de Joliette et porte-parole de l'opposition officielle en matière de justice, Véronique Hivon, demande à la ministre de la Justice, Kathleen Weil, de mettre fin au principe de la confidentialité absolue des dossiers d’adoptions passées et futures, afin de permettre aux personnes adoptées de connaître leurs origines.



Pour le Parti Québécois, cette demande est d’autant plus légitime maintenant avec le consensus qui se dégage des positions exprimées par la majorité des personnes et des associations entendues. « De toute évidence, la société québécoise est maintenant prête pour ce virage », a déclaré Véronique Hivon, notant que la ministre Weil n’avait pas cru bon d’inclure dans l’avant-projet de loi une proposition concernant les dossiers des personnes déjà adoptées. Cette décision soulagera la souffrance de nombreux Québécois adoptés, dont plusieurs ont témoigné de leur désarroi face au manque d’ouverture de l’avant-projet de loi.



« Par ailleurs, la commission nous a permis d’aller au fond des choses et de faire ressortir la profondeur des enjeux qui sont en cause. Toute solution doit viser l’équilibre des droits en présence. Il faut aussi tenir compte à la fois de la réalité douloureuse des personnes, particulièrement des femmes, qui ont dû confier leur enfant à l’adoption à une époque où les mentalités les confinaient au secret et du besoin fondamental de personnes adoptées de connaître leurs origines et leurs antécédents sociaux et médicaux. À l’instar de ce qui se fait dans plusieurs juridictions, comme la Colombie-Britannique et l’Ontario, qui prévoient la possibilité d’inscrire un veto pour limiter les effets de la levée de la confidentialité, il apparaît possible de concilier le droit à la vie privée des parents biologiques et le droit des personnes adoptées de connaître leurs origines, a poursuivi Mme Hivon. Nous avons entendu le cri du cœur qui a été lancé par de nombreuses personnes adoptées, appuyées de plusieurs groupes dont la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, la Chambre des notaires du Québec et le Mouvement Retrouvailles », a-t-elle indiqué.



La députée de Joliette note également que le rapport du Groupe de travail sur le régime québécois de l’adoption, dont l’avant-projet de loi s’inspire grandement, exprimait certaines réserves sur une ouverture des dossiers pour le passé. Or, la présidente du groupe de travail, Me Carmen Lavallée, a indiqué lors de sa présence en commission parlementaire que sa position avait changé depuis la publication du rapport. Me Lavallée juge maintenant qu’on ne peut plus « se barricader » derrière le droit à la vie privée pour dire aux adoptés qu’on ne peut rien faire pour eux.



« La société québécoise est prête pour l’ouverture de la confidentialité des dossiers d’adoptions et cette opération peut se dérouler dans le respect de toutes les parties en cause. J’invite donc la ministre de la Justice à prévoir les mécanismes nécessaires à cette ouverture dans la réécriture de son projet de loi », a conclu Véronique Hivon.



– 30 –




Source :

Éric Gamache
Attaché de presse
Aile parlementaire du Parti Québécois

418 643-2743


<< Retour


Mouvement Retrouvailles - adopté(e)s - non adopté(e)s - parents
Casier postal 47002
Lévis (Québec)
G6Z 2L3

Caroline Fortin, Présidente et coordonnatrice
Téléphone : 418 903 9960
Téléphone : 1 888 646 1060 (sans frais)
Télécopie : 418 834 9627

Téléchargez notre logo ou bannières

© 1996-2017 Mouvement Retrouvailles. Tous droits réservés, reproduction interdite.