Abonnez-vous à notre web radio sur soundcloud

  Abonnez-vous à notre chaîne YouTube


Àrticle à lire - La porte tournante Imprimer cette page

Partager

 


Le samedi 02 février 2008


 


Extrait de l'article de FRANÇOIS BOURQUE : La porte tournante


Le Soleil


À l’époque, le mur de bois du vestibule fermait l’accès au cloître. Au milieu du mur, une porte verrouillée et à côté, un panneau donnant accès à un plateau tournant. C’est par là que les visiteurs au monastère des Augustines, rue des Remparts, faisaient passer les paquets pour les religieuses.


Par là aussi que des mères désespérées faisaient passer les bébés destinés à l’adoption. La mère sonnait à la porte du cloître, puis disparaissait.



La «sœur auditrice» du parloir trouvait l’enfant dans le baril de la porte tournante, souvent enveloppé dans de la «gazette». Il y avait parfois une note : «Cet enfant n’a pas été baptisé.» Quelquefois le nom des parents.



La sœur allait porter l’enfant à l’hôpital de l’Hôtel-Dieu derrière ou à la crèche. Il en fut ainsi jusqu’au milieu des années 60.



Les lieux n’ont guère changé.  Ni d’ailleurs la tradition d’accueil des Augustines... POUR LIRE LA SUITE DE L'ARTICLE, cliquez sur le lien suivant : http://www.cyberpresse.ca/article/20080202/CPSOLEIL/80201223


 


COMMENTAIRES ENVOYÉS À M. FRANÇOIS BOURQUE :



Le 3 février 2008

 

Monsieur Bourque,

 

Après avoir pris connaissance de votre article concernant l'accès au Monastère des Augustines, j'aimerais vous donner mes commentaires.

 

Oui, à l'époque, le mur de bois du vestibule fermait l'accès au cloître et le plateau tournant où des paquets de toutes sortes étaient livrés, incluant les "paquets" que les jeunes femmes désespérées y laissaient pour adoption. Je dis les "paquets", en ce qui a trait à ces enfants dits "illégitimes", car ce terme a été employé à des milliers de reprises par les parents de ces jeunes femmes. Qui n'a pas entendu la charmante phrase "Si tu sors, ne me reviens pas avec un "paquet"...".  Ce "paquet" devenait désobligeant, honteux pour la famille. L'enfer attendait certainement les gens concernés.

 

Je suis bien heureuse de constater que le Monastère des Augustines ouvre ses portes pour nous faire découvrir tous les trésors d'antan qui s'y cachent, mais les plus gros trésors, ceux qui n'ont pas de prix, sont ceux de l'identité de ces mères désespérées qui devaient faire la livraison de leur progénit

<< Retour


Mouvement Retrouvailles - adopté(e)s - non adopté(e)s - parents
Casier postal 47002
Lévis (Québec)
G6Z 2L3

Caroline Fortin, Présidente et coordonnatrice
Téléphone : 418 903 9960
Téléphone : 1 888 646 1060 (sans frais)
Télécopie : 418 834 9627

Téléchargez notre logo ou bannières

© 1996-2017 Mouvement Retrouvailles. Tous droits réservés, reproduction interdite.